La maison abandonnée.

Ma maison délaissée. Ma maison vide. Poussiéreuse.
Blog erratique.

Dont les interstices et autres méandres déambulatoires z’et insoupçonnés de l’inter-connexion mondiale révèlent des mots clés et autres phrases sésames étranges. Ils sont ainsi venus jusqu’à tes volets clos en taguant Petite bite cause fatigue, turlutes, natalie portman (souvent) et un inquiétant je fatigue déjà de vivre.

Komme la Kuriosity Kill ze Kat.

J’ai filé le mulot jusqu’aux entrées offertes par le moteur de recherches. Et j’ai glissé mon œil de links sur ceci : Alors il suffirait de ne pas être de gauche pour avoir une petite bite ?

S’il ne suffisait que de ça !

Oil of Angels

Le pâle toqué est de retour. Dans un torrent de vocalises et de guitares aux accords flangés. J’avais envie d’Elisabeth et de son étrange phrasé. Et de mots insaisissables. Peut-être que si j’avais avalé 2 œufs à la coque tôt ce matin, cela m’aurait fait le même effet. J’ai posé mes pommes blanches sur un tabouret haut du Four-Calendar Café et je m’envoie des litres de petit lait. Ce n’est pas du meilleur, tu me diras, toi l’expert aux oreilles accortes. Puisque c’est comme ça, je laisserai celui-ci… Un sommet sans les images…

Infection…

Épaule froissée.
Une humeur de chiffon.
De torchon à vaisselle dégueulasse.
Ainsi va mon âme bâtée après
une nouvelle semaine d’ouvrage insensé.
Infâme. Pleine de grumeaux amers. De petits dégueulis.
Elle est loin la vague.
Se crevant la panse sous le soleil mûr des Landes.
La Petite Entreprise essore
Le travailleur Maure, le sous-fifre délicat, le valeureux Samaritain…