De faire un tour de l’autre côté

Je n’ai pas osé. Pas que je ne sois pas sociable. Je n’ai pas osé aller dans ce bar. Pas que je ne sois pas sortable. Bien que je ne me sente pas très présentable. Pourtant il suffisait de quoi ? De rentrer dans cet endroit. De s’installer à la table. De sourire à ces figures nouvelles. Et bienveillantes, surement. D’entrer en conversation. De deviser gaiment. De retourner le monde. Et nos propres existences.

C’est sans doute ainsi que je prépare mon voyage en solitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.