Au souffle court, première partie

J’étais bien dans ce rêve. Il était con et drôle. Mais d’un seul coup j’ai ouvert les yeux. Depuis il ne s’est rien passé. L’après midi en est déjà à son milieu. Il fait drôlement beau, mais je ne crois pas sortir. Je suis résolument un être d’intérieur. Non, pas un homme du même métal, je me ménage trop pour ça, même si parfois je prends l’évier de vitesse. Cela ne me perturbe pas plus que ça de rester accroché à ma table, en attendant que quelque chose arrive.

Puisque vivre fatigue, une petite chanson qui va bien fabriquée comme hier avec un peu d’élastomère dedans (le titre est signé Young Michelin)…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.