La rétine de son cœur

Son absence me fige. Se lever et se rendre compte que l’un de ses territoires a complètement disparu, englouti par je ne sais quel tourment intérieur, me paralyse. Je fixe l’écran, je tripote nerveusement une radio digitale à la recherche d’une chanson qui pourrait rendre compte de ce qu’il se passe sous ma peau. Mais ma monomanie me conduit toujours vers le même titre. Dehors il y aurait plein de raisons d’espérer, le soleil, la contestation, mais je préfère rester là, à dérouler Black Guitar à l’infini.

2 réflexions au sujet de « La rétine de son cœur »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.