je ne suis qu'un cinéma

Dans quelques jours ce sera Noël. Je n’en serai pas. Je fêterai autre chose. En silence. Hier j’ai vu un film raté autour d’une fratrie juive. La famille c’est un concept qui me dépasse et me fascine à la fois. Je n’en ai plus. Cela fera huit ans bientôt. Je sais pourtant qu’elle pourrait reprendre forme autour de mon cadavre. Si je devais mourir demain. Mais je n’ai pas l’intention de me carapater. Il n’a pas neigé ici aujourd’hui.  Il a plu dans le vent. Le fleuve a un peu décollé. Il n’a pas l’opulence des jours précédents. J’ai eu beaucoup de mal à tisser sur le métier. Je n’ai rien donné, si ce n’est un peu de semence à mon ventre. J’écoute un disque maintenant. Noyé sous les cordes, je déroule ma bobine intime. Tu as raison : je ne suis qu’un cinéma.

3 réflexions au sujet de « je ne suis qu'un cinéma »

  1. Toc toc toc , on est dimanche 2 Janvier ( tu es content de le savoir ! Hein ) 🙂 Simplement te souhaiter une douce année semée de sérénité 🙂
    Gros bisous 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.