ne tirez pas sur le diariste

J’écris court, mais ce journal infatué ne m’en tient pas rigueur, il me faudrait vivre bien plus pour tenir la langueur, même si pas un seul jour ne passe sans que j’enfile un mauvais coton et me palpe l’abdomen. J’écris gourd, boudiné, pesant, ce n’est pas avec du foutre sec et mort au bout de la plume que l’on devient un diariste roidissant et chevronné.

2 réflexions au sujet de « ne tirez pas sur le diariste »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.