Je ne lâcherai plus les chevaux sauvages

Il n’y a presque personne autour de la boite. Juste deux cœurs soufflés par ma disparition. J’ai laissé un mot au cas où qui disait juste vous deux. Le reste du peu de monde n’a pas besoin de savoir. Je suis heureux de constater qu’au-dessus du couvercle ma volonté à été respectée. J’ai toujours détesté le chant des pleureuses, les lunettes noires des abonnés aux absences. Cela s’est passé il y a quinze jours. Personne n’a les clés de cet appartement et tout le monde a cru à une bouderie, alors que je glissai discrètement et sans souffrir dans le froid de l’éternité horizontale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.