Journal

Carpette diem

Posté par à 18 h 04 min dans journal | 0 commentaire

Ça sent le mois d’août moisi. Les vilenies s’amoncellent. Je me sens comme piégé par les racines d’une mangrove. Par essence je ne me résous à rien, mais j’ai l’impression que je dois tout de même renoncer à l’essentiel. Renoncement, mot-clé d’une vie tarte terne gangueuse jusqu’aux tréfonds. La vie les deux pieds dans le béton avant de les avoir dans la…

lire la suite

Monday is pathetic

Posté par à 18 h 57 min dans journal | 0 commentaire

Travailler. Ecouter Morrissey. Étouffer l’été. Maugréer. Faire les cent pas. Parler tout en collant son nez à l’écran en allant d’une pièce à l’autre en pissant en chiant en coupant une tomate en se tenant la queue en regardant les murs. Mimer une batterie. T’imagine pas, toi le gens qui lit, comment c’est trop de la balle de faire des moulinets sur le redoutable Kick The Bride Down The Aisle (plage 10 dans le player). Avec au loin dehors et comme ce soir un ciel défait et noir comme une fin du monde qui va...

lire la suite

Quelques insertions anecdotiques de plus

Posté par à 17 h 33 min dans journal | 0 commentaire

Dimanche torse nu. Ce n’est pas qu’il fasse chaud pourtant, juillet a plutôt des allures vendémiaires. Ce qui me ravit. L’été c’est surfait, lâchais-je en repartant de l’école vendredi. Un garçon, élève que j’ai tartiné de ma substantifique moelle pendant trois jours, reprit la formule, rigolard. Paris c’est à grandes enjambées que je la pratique en ce moment, amitié CDD oblige. Sautant dans une rame pour courir après un wagon. Dimanche désapé donc. Avec le nouveau Morrissey qui a fuité comme bande...

lire la suite

La saison déplaisir

Posté par à 18 h 49 min dans journal | 0 commentaire

Cher Journal, Sais-tu que tu ressembles de plus en plus à un désert ? Tes dernières pages, pourtant si légères, semblent si difficiles à tourner. On te visitera à la curée, quand les poules auront des dents ou à la Saint-Glinglin. Le printemps glacé te ronge les sangs. Rappelle-toi qu’il fut le même il y a un an et encore celui-là l’année d’avant. Le peu de son bleu ne peut enjoliver le plein de déliés que tu peines à livrer. On écrit d’abord pour soi, pourrait-on rétorquer à nos attentes. J’ai d’ailleurs...

lire la suite

Magnetic Tape #13 – Strange Weather de Anna Calvi et David Byrne

Posté par à 19 h 00 min dans magnetic tape | 0 commentaire

Je devrais écrire par. Cette chanson est une reprise, superbe d’ailleurs, d’un titre de Keren Ann. J’ai envie d’écrire. Mais je me laisse dévorer par la procrastination et la gamberge.

lire la suite

Magnetic Tape #12 – Saint Claude de Christine and The Queens

Posté par à 19 h 03 min dans magnetic tape | 0 commentaire

On me souhaite d’être heureux tout en me chassant. Je voulais écrire un truc là-dessus, sur cet état de fait, sur ce désir sans doute sincère de me voir embrasser la vie le monde à pleine bouche, alors que l’on me dégage d’une vie sans préavis ou presque. Une amitié née dans les années 2000 est-elle aussi conçue avec de l’obsolescence programmée ? Je manque d’audace et de colère. Dans le refrain chantée par Héloïse, j’entends Liz Frazer. De toute façon ce titre est...

lire la suite

Une heure au poste

Posté par à 18 h 25 min dans journal | 0 commentaire

« Le Son le Rut et le Bruyant se veut la première vivisection à cœur ouvert des amoureux de la musique ». Julien, l’animateur de l’émission va donc me passer au scalpel tout à l’heure.  Ce sera en direct ici, de 22h à 23h. Ou en podcast dans quelques heures ou jours. L’émission est disponible en...

lire la suite

Macondo

Posté par à 9 h 05 min dans magnetic tape | 0 commentaire

lire la suite

Magnetic Tape #11 – Little Wolf de Ventura

Posté par à 11 h 55 min dans magnetic tape | 0 commentaire

Alors qu’au dehors le printemps semble reprendre le dessus, dedans ça sent l’orage d’automne. Dessous, Little Wolf, extrait d’Ultima Necat, un très bon album de Ventura...

lire la suite

But that’s just bullshit

Posté par à 17 h 43 min dans journal | 0 commentaire

J’ai renoncé à écrire un texte sur le renoncement Bu quelques cafés sans sucre ni lait Déjeuné sur le pouce Accompagné Mermaids de Nick Cave en pianotant sur mon desk Tiré frénétiquement sur une veine céphalique Dépendu des underwears Marmonné People ain’t no good Maugréé tout en grommelant et rouspétant Puis maudit la laideur de Moody.

lire la suite