Journal

Magnetic Tape #8 – Heart Shaped Box (Nirvana cover) par Ásgeir

Posté par à 21 h 46 min dans magnetic tape | 0 commentaire

Hey! Wait! I’ve got a new complaint Ásgeir Trausti avait à peine deux ans quand Cobain a pris la tangente…

lire la suite

La désinvolture

Posté par à 17 h 14 min dans journal | 0 commentaire

Lui est là. Peut-être que sa présence est rassurante, peut-être qu’elle indiffère. Lui vieillit, le temps qui passe l’obsède, la mort, n’en parlons pas. Les trente première années il les a vécues sans être en demande, c’est à peine si il était en quête. Il pensait surtout qu’il lui faudrait deux vies pour en vivre une au rythme de ses contemporains. Il n’est pas loin d’en être encore là aujourd’hui. Depuis quelque temps Lui ne sait plus trop ce qu’il est pour les autres. Lui vit mal leur...

lire la suite

Seul et plein de tics

Posté par à 18 h 53 min dans journal | 0 commentaire

Seul et plein de tics

J’ai sué des mirettes en fin d’après-midi. C’est te dire où j’en suis, journal infatué. Je ne suis rien, ça me fait un peu chier de l’écrire. Même pas cet oiseau aux avant-postes.

lire la suite

La fatiguaison plein le corps

Posté par à 19 h 56 min dans journal | 0 commentaire

De Douala il me reste au moins cette expression, cette façon de dire qu’on est lasse ou qu’on ne plus arquer : j’ai la fatiguaison plein le corps. J’ai aimé cette période Camerounaise. Même si je pense que je ne l’ai pas vécue pleinement. Douala, Bassa plus précisément, quartier dans lequel avaient été construites l’usine où travaillait mon père et la villa dans laquelle vivait sa famille. Il n’y avait qu’une seule maison à l’époque, il y en aura trois quelques années plus tard. 1977. Juin...

lire la suite

Magnetic Tape #7 – It’s Easy To Be Lonely de Sophia

Posté par à 13 h 12 min dans magnetic tape | 0 commentaire

Magnetic Tape #7 – It’s Easy To Be Lonely de Sophia

Robin Proper-Sheppard déboule au bout de 5 ans de disette avec un titre à tomber. Dedans on y trouve un chœur, du cor et ces mots : it’s easy to be lonely it’s easy to be sad it’s easy to let go and it’s easy to be glad when another chance to change is avoided decisions left unmade but we’re the sum of our choices and the chances we take.  It’s Easy To Be Lonely de Sophia sur...

lire la suite

Des gens qui s’embrassent…

Posté par à 20 h 54 min dans journal | 5 commentaires

Rase-motte. Le journal ne décolle pas. L’extime ne paie plus. Ahah !!! Je me marre à peine en écoutant Robin Proper-Youplaboum-Sheppard. If only… Ma tentative d’écrivain pudique n’a pas suscité de réactions. Mais tu te prends pour qui, mec ?… My love will always be. J’ai vu une vidéo ce matin avec des gens qui s’embrassent en noir et blanc. Alors, j’ai trouvé ça beau de cheval. C’est toujours émouvant des gens qui s’embrassent. Surtout que ceux-ci ils ne se connaissent ni Dave ni...

lire la suite

Il faut bien meubler

Posté par à 0 h 15 min dans journal | 0 commentaire

Il y avait un bidet, une plaque électrique à un bras de la baignoire, je pouvais surveiller la cuisson d’une côte de porc1 en m’ébrouant sous un jet d’eau. Ma mère était venue une fois dans ce meublé, peut-être deux, mais la seule fois dont je me souviens, elle l’avait qualifié de taudis. Quand on voit comment certains vivent, je n’étais pas à plaindre et elle exagérait. Quand mon père et moi y avons emménagé, je pensais que c’était pour quelques semaines, le temps que ce premier véritable boulot me mène à...

lire la suite

Racontoir #1

Posté par à 18 h 07 min dans journal | 2 commentaires

J’ai un peu honte. J’entends Springsteen à la radio et je me dis « tiens, il chante ça, Garou ? ». J’avais mon sac de courses à la main au moment où mon shazam sous cutanée dérailla. Comme quoi, tout effort, même le plus léger, peut altérer le jugement d’un type qui n’a pas d’oreille. Je ne suis pas fan du Boss. J’ai donc des excuses. On s’amende honorablement comme on peut. Quand même, confondre le Quasimodo de Sherbrooke avec Bruce Tout Puissant, faut le...

lire la suite

Là où l’amer est passé, il revient…

Posté par à 13 h 23 min dans journal | 0 commentaire

Tout se transforme, même les petites phrases des petits hommes politiques. La grisaille qui se tenait obstinément aux carreaux depuis des jours a séché. C’est un mieux qui durera peu selon les liseurs du ciel. Prenons ce peu. Ces quelques gouttes de soleil qui viendront mourir sur la peau oxydée du vieil apprenti littérateur paraphraseur que je suis. Johann Johannsson a écrit le score de McCanick, un des derniers films dans lequel a joué cette Glee Star dévorée par la came. C’est le premier disque que j’ai lancé ce...

lire la suite