Journal

Sorgue

Posté par à 19 h 24 min dans journal | 0 commentaire

Le plus pénible aussi c’est la nuit qui s’étale de tout son long. La semaine dernière elle était là quand je quittais mon appartement, mais aussi quand j’y revenais. La nuit en novembre te colle au corps et à l’âme comme la scoumoune au train du poissard. Déjà qu’il faut faire avec Soledad, une autre glu. L’avantage tout de même avec Soledad c’est qu’elle ne te reproche jamais rien, c’est que tu lui plais même boursouflé, même tâcheron, même hobereau, même éructant ton mal être. Elle tient...

lire la suite

Seul, la ville est inenvisageable

Posté par à 19 h 53 min dans journal | 0 commentaire

Je néglige ce blog. Je le néglige tout autant que je m’abandonne à l’oisiveté, à la vie mornée. Ce que j’ai écrit il y a quelques semaines était d’ailleurs assez minable… du point de vue littéraire, j’entends… présomptueusement. Alors que l’été semble traîner en longueur, alors que sa présence n’est plus vraiment souhaitée, les saisons devant être marquées franchement, non ? Sinon c’est la porte ouverte à tous les vasistas. La douceur du premier novembre m’a rappelé celle de...

lire la suite

Une mère, des sœurs, mais…

Posté par à 19 h 39 min dans journal | 2 commentaires

J’ai du patienter deux bonnes heures ce jour-là. Entre 13h30 et 15h27 précisément, Austerlitz était assez calme, c’était le premier jeudi de septembre. J’ai jeté un œil aux estancos braqueurs espérant trouver un truc pour me caler l’estomac, j’avais faim et en même temps je me disais que sauter un déjeuner ne pourrait que me faire du bien. Je suis rarement très inspiré pour manger, je peux m’envoyer le même sandwich trois midis d’affilée, le genre emmental crudités, mais ça c’est lorsque je suis...

lire la suite

Magnetic Tape #14 – Waiting for the night (to fall) de Depeche Mode

Posté par à 18 h 19 min dans magnetic tape, musique | 0 commentaire

I’m waiting for the night to fall when everything is bearable To my surprise with half-closed eyes things looked even better than when they were opened - Martin Gore (1990)

lire la suite

Te gargarise surtout pas

Posté par à 18 h 36 min dans journal | 0 commentaire

Cher Journal, vu qu’on passe de moins en moins de temps ensemble, je pense que je pourrais autodafer ta race. Mais tu me connais, indécis comme jamais, alors que l’OVH m’invite à renouveler le bail, je me tâte les hémisphères tout en meuglant des tonnes de oui mais j’y tiens, non de non, à mon domaine où l’amer est roi !  Je ne me résous donc pas à te refermer pour de bon, parce que je blogue pour la blague depuis presque une décennie et qu’on n’abandonne pas lâchement sa putain de respiration, même...

lire la suite

Carpette diem

Posté par à 18 h 04 min dans journal | 0 commentaire

Ça sent le mois d’août moisi. Les vilenies s’amoncellent. Je me sens comme piégé par les racines d’une mangrove. Par essence je ne me résous à rien, mais j’ai l’impression que je dois tout de même renoncer à l’essentiel. Renoncement, mot-clé d’une vie tarte terne gangueuse jusqu’aux tréfonds. La vie les deux pieds dans le béton avant de les avoir dans la…

lire la suite

Monday is pathetic

Posté par à 18 h 57 min dans journal | 0 commentaire

Travailler. Ecouter Morrissey. Étouffer l’été. Maugréer. Faire les cent pas. Parler tout en collant son nez à l’écran en allant d’une pièce à l’autre en pissant en chiant en coupant une tomate en se tenant la queue en regardant les murs. Mimer une batterie. T’imagine pas, toi le gens qui lit, comment c’est trop de la balle de faire des moulinets sur le redoutable Kick The Bride Down The Aisle (plage 10 dans le player). Avec au loin dehors et comme ce soir un ciel défait et noir comme une fin du monde qui va...

lire la suite

Quelques insertions anecdotiques de plus

Posté par à 17 h 33 min dans journal | 0 commentaire

Dimanche torse nu. Ce n’est pas qu’il fasse chaud pourtant, juillet a plutôt des allures vendémiaires. Ce qui me ravit. L’été c’est surfait, lâchais-je en repartant de l’école vendredi. Un garçon, élève que j’ai tartiné de ma substantifique moelle pendant trois jours, reprit la formule, rigolard. Paris c’est à grandes enjambées que je la pratique en ce moment, amitié CDD oblige. Sautant dans une rame pour courir après un wagon. Dimanche désapé donc. Avec le nouveau Morrissey qui a fuité comme bande...

lire la suite

La saison déplaisir

Posté par à 18 h 49 min dans journal | 0 commentaire

Cher Journal, Sais-tu que tu ressembles de plus en plus à un désert ? Tes dernières pages, pourtant si légères, semblent si difficiles à tourner. On te visitera à la curée, quand les poules auront des dents ou à la Saint-Glinglin. Le printemps glacé te ronge les sangs. Rappelle-toi qu’il fut le même il y a un an et encore celui-là l’année d’avant. Le peu de son bleu ne peut enjoliver le plein de déliés que tu peines à livrer. On écrit d’abord pour soi, pourrait-on rétorquer à nos attentes. J’ai d’ailleurs...

lire la suite

Magnetic Tape #13 – Strange Weather de Anna Calvi et David Byrne

Posté par à 19 h 00 min dans magnetic tape | 0 commentaire

Je devrais écrire par. Cette chanson est une reprise, superbe d’ailleurs, d’un titre de Keren Ann. J’ai envie d’écrire. Mais je me laisse dévorer par la procrastination et la gamberge.

lire la suite