Le blues d’Abyssinie

Ce n’est pas la fête du slip dira une habitante de l’immeuble visiblement excédée par la présence dans son escalier d’une bouleversante chanteuse folk. Les gens ne savent pas toujours à côté de quoi ou de qui ils passent.

Elle s’appelle Mirel Wagner, vient d’Éthiopie et vit en Finlande. C’est la nuit dernière que j’ai découvert son blues d’Abyssinie…

Parfois, on dirait Cohen…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.