Les herbes folles

La poursuite s’achève dans de longues herbes grasses dans lesquelles je m’enfonce. Le type qui en veut à ma peau a l’air aussi mauvais qu’un sbire en imper de la Geheime Staatspolizei. Je courre souvent dans mes rêves pour échapper aux collectionneurs de trépas. J’aimerais bien savoir qui envoie cette horde de tueurs dingues à mes trousses. Qui programme dans mon inconscient subclaquant cette course perpétuelle contre une charogne à l’humeur de fin du monde. Mais c’est au bord du péril, Macha, que je me surprends à avoir des gestes de supers héros. Des mouvement qui me permettent de grimper aux arbres à la vitesse d’une gargouille au galop ou de sauter d’un immeuble à un autre aussi facilement qu’on efface une flaque d’eau d’une impulsion de talon. Mais j’ai beau faire des bonds de géant, le vilain flippant finit toujours par réapparaître… Sauf que cette nuit il y avait ce champ de belles herbes folles qui léchèrent avec bienveillance mon corps liquéfié par la peur…

bande son…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.