D’un désert à l’autre glacier

J’écoute Float de Peter Broderick. Presque en larmes. Ce n’est pas lui qui m’essore. Ce n’est pas lui. Sa musique m’étreint doucement. Me cajole sous la lumière crue. Au contraire. Tout se passe bien. Je peux enfin vider le trop plein. Soulager le plexus. Je tousse anormalement depuis quelques jours. Mes poumons dégazent. Filtrant mes angoisses. J’écoute ces petites pièces miraculeuses. D’un désert à l’autre glacier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.