Je n'ai plus ce qu'il me faudrait

J’essaie de faire des choses, de donner un peu d’allure à chaque journée. Je n’éclate plus en sanglot, j’ai bien été ému en regardant cette comédie romantique dimanche soir, faut dire que Drew et Hugh ensemble ça le faisait. C’est bizarre, mais ça fait deux fictions que je vois où les couples au bord du sentiment amoureux libèrent leur désir en bougeant un meuble lourd. Je dis ça, j’écoute un autre décembre. Je n’ai plus ce qu’il me faudrait. Tu vois, je n’ai plus ce qu’il me faudrait pour accepter cette vie. La rue est blanche. La pièce est froide. La musique est minérale. Je sens mon plexus qui se tord. Je n’ai plus envie de serrer ma queue dans cette pogne arthritique. Je n’ai plus ce qu’il faudrait pour accepter celui que je suis. Tu vois, il manque une peau à la mienne qui desquame.

Un autre décembre de Sylvain Chauveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.