Euphorisme #2

Ah le brame du serf au petit matin blême quand la rosée se mêle au pistil et autres bourgeons de la flore à peine éclose et qu’au creux de l’œil du promeneur solitaire coule encore un peu du sable du marchand.

3 réflexions au sujet de « Euphorisme #2 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.