Ronge nos ventres

Bien sûr que Les rhizomes ne peuvent pas donner de chênes. L’écriture, même la plus rachitique, se doit de sauter par-dessus les thuyas bien taillés des évidences et des conventions à la mord-moi-le-snob. Suis mal luné, à cause peut-être de Soledad et de ce putain de dimanche sans la moindre once parcelle bribe de soleil. Sciène journée percluse d’angoisse et d’espérance folle. Il faut bien croire au possible pour continuer à tenir debout. A l’impossible nul n’est ténu. Putain de calembour ! Bisque bisque j’enrage !

Je garde le titre, puisque j’avais envisagé quelque chose de l’ordre des phrases le onze novembre dernier…

Le son est Doré, parce que j’aime le disque et cette chanson…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.