Riche ou pauvre, puissant ou faible, tout citoyen oisif est un fripon. [Jean-Jacques Rousseau]

Tu n’as pas d’amis. Tu as le charisme d’un moule à gaufres. Tu ne sais pas quoi foutre de tes vacances. Ta vie est d’un vide sidéral et sidérant. Tu veux en finir avec ton existence parasitaire. Te pendre sous la lune. Mais sais-tu que tu es encore jeune? Que ton corps beau de loin est toujours plein de sève ? Que tu as les manches de tes vêtements sans goût qui débordent de muscles flasques ? Alors avant de partir, de débarrasser la planète de tes absences, de souffler à jamais sur l’ombre de ton ombre, va donc fouiller le ventre à l’air du canal. Rends toi utile. Deviens le héros très discret de ton ordinaire sans lumière. Arpente le chemin de halage sous ce soleil plein d’aplomb. Donne des couleurs à ce corps malingre de punaise suicidaire en flirtant dangereusement avec les orties. Et glisse doucement jusqu’au lit vide et sec de ce bassin. Tu n’y trouveras pas les draps froissés et salis par de menus mais répétitifs travaux manuels que tu connais trop bien. Mais juste de la vase craquelée par trop de morsures d’Horus. S’il reste un peu de vivacité à tes yeux ravagés par les drames lacrymaux, tu constateras que la gangue essorée est hérissée de bouteilles, constellée de déchets ignobles jetés par tes contemporains douteux. Alors là tu retrouveras un peu d’espoir et d’énergie salvatrice. Tu retireras une à une ces raclures. Tu agiras avec frénésie, presque heureux de l’agilité retrouvée de tes dix doigts morts, presque soulagé par cette nouvelle respiration…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.